Demandez à l’expert : Michael Mousa

Lauréat du Prix du Leader écologique de l’avenir du CBDCA de 2022

Personnel du CBDCA on octobre 12, 2022

Theme
Prix ​​du CBDCA
Profils des Membres

Le prix du CBDCA du Leader écologique de l’avenir reconnaît un étudiant ou un jeune professionnel méritant qui a apporté une contribution significative au plaidoyer, à l’éducation ou à la pratique du bâtiment durable et / ou du développement communautaire. Le prix de 2022 a été décerné à Michael Mousa, consultant en développement durable chez DIALOG. Les réalisations de Michael en matière de plaidoyer et de développement communautaire l’ont établi comme un leader émergent dans le domaine. Grâce à sa participation au Carbon Leadership Forum Toronto et au Toronto Clean Energy Partnership, et à son mentorat de jeunes ingénieurs à l’Université de Toronto, la passion de Michael pour l’action climatique est inspirante. Dans cette interview, il partage sa motivation et comment il s’inspire de son environnement pour développer des solutions respectueuses de l’environnement.

Parlez-nous de votre carrière et dites-nous comment vous en êtes arrivé à occuper votre poste actuel.

Je suis un consultant en durabilité chez DIALOG, une firme de design multidisciplinaire. Mes fonctions m’amènent à travailler sur une grande diversité de projets, qu’il s’agisse de collaborer avec les équipes de conception à des projets de bâtiments ou de travailler avec des organisations pour décarboner leurs portefeuilles immobiliers.

Je vous mentirais si je disais que j’ai toujours voulu être un consultant en durabilité depuis l’enfance, mais je ne sais plus trop pour quelle raison, je me souviens très bien de la première fois que j’ai entendu parler de changement climatique. J’étais en quatrième année. Dans le cours de science, le professeur a parlé des laques pour cheveux et de leur impact sur la couche d’ozone. Cela m’a inquiété, mais je me suis dit que quelqu’un d’autre résoudrait le problème.

Des années plus tard, lorsque je me suis inscrit à l’université – en tant que Canadien de première génération, j’ai subi beaucoup de pression pour devenir médecin, avocat ou ingénieur (et devinez quoi), j’ai choisi l’école d’ingénierie. C’est là que s’est développée ma passion pour la conception durable. La question de l’appauvrissement de la couche d’ozone à cause des aérosols est devenue un problème complexe pour notre environnement bâti, la justice environnementale et la conception des bâtiments durables. Depuis lors, j’ai eu la chance de travailler dans tous les types d’emplois reliés à la durabilité, y compris la recherche sur le développement à faible impact et la conception de l’enveloppe du bâtiment. Depuis plusieurs années, je suis consultant en durabilité.

Lauréat du Prix du Leader écologique de l’avenir, Michael Mousa
Le lauréat du Prix du Leader écologique de l’avenir du CBDCA de 2022 est Michael Mousa.
Parmi les divers projets auxquels vous avez collaboré, y en a-t-il un dont vous êtes particulièrement fier?

Il est difficile d’en choisir seulement un – mais je viens tout juste de terminer un projet dont je suis vraiment fier. J’ai travaillé avec une entreprise à but non lucratif qui fournit des logements abordables pour les personnes âgées en Alberta pour l’aider à créer son cadre de durabilité. Le cadre décrit une voie pour progresser vers l’atteinte des objectifs de durabilité au cours des cinq prochaines années en déterminant clairement des principes, des indicateurs de performance et des stratégies et en utilisant une approche fondée sur les trois piliers de la durabilité sociale, environnementale et économique.

Mes clients m’ont inspiré et m’ont beaucoup appris sur ces questions. Pendant tout le cheminement, ils ont constamment souligné l’importance de la durabilité sociale et ils ont compris que le logement qu’ils fournissent est un élément essentiel qui contribue à la qualité de vie de leur collectivité. Ils ont vraiment compris l’impact qu’ils ont sur leurs personnes âgées, leur personnel, la ville et l’environnement, et je suis très fier de ce que nous avons réalisé ensemble.

Quels sont selon vous les principaux problèmes et les principales opportunités auxquels l’industrie fait face?

Dans le cadre de mon travail, j’ai vraiment observé une évolution de notre industrie vers une mentalité qui accorde la « priorité aux personnes » ou à la « durabilité sociale ». En plus de la lutte contre le changement climatique, on s’attend maintenant de plus en plus à ce que l’impact des bâtiments et des aménagements sur les personnes soit pris en compte (ce qui devrait aller de soi!). L’adoption de plus en plus grande des cadres environnementaux, sociaux et de gouvernance (ESG) et les obligations de déclarations en ce domaine y ont contribué. Mes clients veulent maintenant connaître les impacts de leurs actions sur les gens.

Cela m’a vraiment obligé à évoluer dans ma profession. Alors que j’axais mes efforts sur les réductions des émissions de carbone et les stratégies pour y parvenir (ce que fais tout de même encore), j’aborde maintenant la durabilité sous l’angle de la santé, de la justice et de l’équité. J’y vois aussi une réelle opportunité de croissance pour les jeunes professionnels de l’industrie.

Quel conseil donneriez-vous aux jeunes professionnels qui veulent faire leur marque dans l’industrie du bâtiment durable?

Notre industrie est en constante évolution – mon mentor m’a déjà dit que ma capacité d’adaptation et ma souplesse dans mon travail sont parmi mes plus grandes forces. J’encouragerais les jeunes professionnels à s’ouvrir à l’inconnu, à accepter de ne pas avoir toutes les réponses, et à ne pas s’empêcher d’essayer pour cette raison. Par exemple, avant de commencer à travailler dans cette industrie, j’aurais été incapable de parler d’énergie renouvelable. Pourtant, aujourd’hui, je peux dire que j’ai contribué à l’acquisition du plus grand panneau solaire à monopente des États-Unis.

Je leur conseillerais aussi de faire du bénévolat. Je sais que cela semble évident, mais je ne pense pas que je serais là où j’en suis dans ma carrière si je ne m’étais pas impliqué bénévolement.

Enfin, s’ils n’ont pas déjà un mentor, qu’ils s’inscrivent dès maintenant à un programme de mentorat! J’ai eu la chance d’avoir des mentors stimulants que je peux remercier pour leurs conseils pour ma carrière, leurs ressources et le soutien qu’ils m’ont apporté dans les périodes difficiles.

Si je peux ajouter un conseil à l’intention des professionnels établis dans le domaine, je leur dirais de faire de la place pour que les jeunes professionnels puissent s’épanouir. Il n’est pas facile d’être un jeune professionnel dans ce domaine, mais les chefs de file peuvent aider les nouveaux venus et cela ne peut que profiter à l’ensemble de l’industrie au bout du compte!

Vous avez récemment été nommé le Leader écologique de l’avenir lors de la remise des Prix du leadership et des Prix d’excellence en bâtiment durable du CBDCA. Qu’est-ce que cette reconnaissance signifie pour vous?

Tout! Comme je suis souvent la personne la plus jeune « autour de la table », le fait d’être reconnu et adopté par mon secteur d’activité dès le début de ma carrière a vraiment contribué à valider mes expériences et mes réalisations.

Il peut parfois être difficile d’être un jeune professionnel dans ce domaine. Je me suis parfois senti anxieux et j’ai parfois douté de moi, mais j’ai eu la chance de pouvoir m’appuyer sur des pairs et des mentors incroyables. Des prix comme celui-ci sont un excellent moyen de maintenir l’engagement des jeunes professionnels et de leur donner l’espoir qu’ils ont leur place dans cette industrie.

Un grand merci au Conseil du bâtiment durable du Canada pour ce prix et à l’industrie pour son soutien. Je suis déterminé à travailler fort et à donner raison à tous ceux qui ont cru en moi.