Une étude du Conseil du bâtiment durable du Canada prouve que les bâtiments à carbone zéro éliminent les gaz à effet de serre tout en offrant des rendements positifs

Theme
Zero Carbon FR

OTTAWA (Ontario), le 20 février 2019 – Le Conseil du bâtiment durable du Canada (CBDCa) publie un nouveau rapport – le premier du genre au Canada – qui prouve que les bâtiments à carbone zéro offrent des réductions considérables des gaz à effet de serre et des rendements financiers positifs.

Intitulé « Arguments en faveur des bâtiments à carbone zéro », le rapport du CBDCa confirme que ces bâtiments sont aujourd’hui financièrement viables et qu’ils offrent un rendement financier positif sur un cycle de vie de 25 ans, en tenant compte de la tarification de la pollution par le carbone, et qu’ils ne requièrent qu’un modeste supplément au coût d’investissement. Les arguments économiques en faveur des bâtiments à carbone zéro se renforcent au fil du temps, en raison de la hausse du coût du carbone, de la résilience accrue des bâtiments et des coûts évités, notamment pour des travaux de rénovation.

Il est important d’éliminer la pollution provenant des bâtiments si l’on veut que le Canada atteigne son objectif de réduction des émissions de gaz à effet de serre de 30 % en deçà des niveaux de 2005 d’ici 2030. Le rapport du CBDCa révèle que d’ici 2030, plus de quatre millions de tonnes d’émissions d’équivalent de dioxyde de carbone par année pourraient être évitées de manière rentable si les sept types de bâtiments étudiés étaient construits pour être à carbone zéro. Cela représente plus de 22 % de la réduction de 20 millions de tonnes de gaz à effet de serre que le Cadre pancanadien reconnaît comme la réduction potentielle provenant du secteur du bâtiment.  

Ces réductions d’émissions pourraient être réalisées avec un coût d’investissement différentiel total de 3,3 milliards $ par année, ce qui financerait la construction d’environ 47 500 nouvelles unités résidentielles et 4 800 nouveaux bâtiments commerciaux et institutionnels à carbone zéro par année.

« Le coût de la non-adoption du bâtiment à carbone zéro augmente à chaque jour qui passe. Cette étude nous montre clairement que les technologies et les approches permettant de réaliser des bâtiments à carbone zéro existent déjà pour la plupart des types de bâtiments et que les économies sur les coûts d’exploitation couvriront les investissements nécessaires », a déclaré Thomas Mueller, président et chef de la direction du CBDCa. « L’industrie canadienne du bâtiment et les administrations publiques ont maintenant la preuve sur laquelle s’appuyer pour apporter les changements nécessaires à la création du parc immobilier sobre en carbone du Canada et pour éviter de créer des bâtiments qui deviendront un fardeau dans une économie assujettie à des restrictions de carbone. »

Dans le cadre de l’étude, un ensemble de mesures de réduction du carbone ont été appliquées à sept archétypes de bâtiments – bureaux de faible hauteur, bureaux de moyenne hauteur, résidentiels à logements multiples de faible hauteur, résidentiels à logements multiples de moyenne hauteur, écoles primaires, magasins de grande surface et entrepôts – dans les villes de Vancouver, Calgary, Ottawa, Toronto, Montréal et Halifax. À l’échelle nationale, les différents archétypes ont produit les résultats financiers suivants : les édifices de bureaux de moyenne et faible hauteur offrent le rendement sur le cycle de vie le plus élevé, soit près de 3 %; les entrepôts et les magasins de grande surface peuvent offrir des rendements supérieurs à 1 %; et les immeubles résidentiels à logements multiples et les écoles primaires offrent un rendement nul ou quasi nul.

« Cette étude révèle que les bâtiments à carbone zéro offrent des avantages tangibles aux propriétaires-exploitants, aux équipes de conception et aux décideurs », a pour sa part déclaré Antoni Paleshi, expert principal en rendement énergétique (durabilité et énergie), chez WSP au Canada, co-auteur de l’étude. « Les propriétaires-exploitants des bâtiments, les équipes de conception et les administrations publiques ont une occasion de faire preuve de leadership en normalisant les processus et les technologies qui feront des bâtiments à carbone zéro la norme d’excellence du cadre bâti. »

Renforcée par les conclusions de cette étude, la Norme du bâtiment à carbone zéro du CBDCa offre une voie permettant à n’importe quel bâtiment d’atteindre le carbone zéro et de contribuer à l’économie de la croissance propre. Pour en savoir davantage sur les bâtiments à carbone zéro et sur la norme du CBDCa, visitez le site Web du CBDCa.

Le développement et la publication de cette étude ont été rendus possibles grâce aux contributions financières de Ressources naturelles Canada, du Conseil national de recherches, de Services publics et Approvisionnement Canada, du Secrétariat du Conseil du trésor du Canada, de REALPAC, du gouvernement de la Nouvelle-Écosse et de la Real Estate Foundation of British Columbia.

Personne-ressource pour les médias :
Communications du CBDCa
Bureau : 613 288-8075
media@cagbc.org

Au sujet du Conseil du bâtiment durable du Canada (CBDCa)

Le CBDCa est le principal organisme national voué à la promotion des pratiques liées aux bâtiments durables et à l’aménagement de collectivités durables. En tant que porte-parole du bâtiment durable au Canada, il travaille étroitement avec ses membres nationaux et les membres de ses sections régionales dans une volonté de verdir tous les bâtiments. Le CBDCa réduit les impacts environnementaux du cadre bâti par ses activités de certification de projets, de sensibilisation et de recherche. Le CBDCa a mis en œuvre le système d’évaluation des bâtiments durables LEED® au Canada et a développé la première Norme du bâtiment à carbone zéro du pays en mai 2017. Pour en savoir davantage : cagbc.org.

Au sujet de WSP

L’une des plus grandes firmes de services professionnels au monde, WSP offre des compétences techniques et des conseils stratégiques à des clients de différents secteurs : transport et infrastructures, bâtiment, environnement, industrie, ressources naturelles (y compris l’exploitation minière, pétrolière et gazière) et énergie – en plus d’offrir la prestation de projets et de programmes, ainsi que des services-conseils. Nos équipes d’experts regroupent des ingénieurs, des conseillers, des techniciens, des scientifiques, des architectes, des planificateurs, des arpenteurs-géomètres et des spécialistes de l’environnement, ainsi que des spécialistes du design et de la gestion de projets. Avec environ 48 000 employés de talent dans nos 550 bureaux dans 40 pays – plus de 8 000 au Canada et de 9 500 aux États-Unis – nous sommes dans une position privilégiée pour réaliser avec succès des projets durables, partout où nos clients ont besoin de nous. Pour plus d’informations sur la Société, visitez www.wsp.com