Une conversation avec Stephen Smith, le président sortant du conseil d’administration du CBDCA 

Personnel du CBDCA on juin 23, 2023

Thème
Profils des Membres

Peu avant notre assemblée générale annuelle et la fin de son mandat comme président de notre conseil d’administration, Stephen Smith s’est entretenu avec notre président et chef de la direction, Thomas Mueller, pour discuter de l’avenir du secteur de l’immobilier commercial sous l’angle de la transition vers le carbone zéro. 

Ils ont discuté de nombreux sujets comme vous pourrez le constater en écoutant l’entretien sur la chaîne YouTube du CBDCA. Ils ont notamment parlé de la nécessité de rallier le secteur à la plus grande réduction possible du carbone. Pour le CBDCA, cela signifie de concentrer les efforts sur les grands bâtiments, car c’est en les mettant sur la voie de la carboneutralité que l’on atteindra les plus grandes réductions de carbone. 

« Nous avons estimé que nous devons décarboner 155 000 bâtiments au cours des 30 prochaines années », a déclaré Thomas Mueller. « Cela représente de 8 à 9 bâtiments par jour. Ce n’est pas une mince tâche. Et nous ne sommes pas le seul pays à devoir le faire. Tous les pays doivent décarboner leurs bâtiments. » 

Le Canada doit intensifier les efforts dans les portefeuilles des grands bâtiments des secteurs privé et public. Tout le monde doit s’atteler à la construction des nouveaux bâtiments à carbone zéro et aux rénovations de décarbonation des bâtiments existants, a-t-il ajouté. 

Stephen Smith a quant à lui souligné que le CBDCA a aidé le marché en identifiant et en quantifiant avec précision les enjeux et les objectifs. 

« Nous avons aujourd’hui l’avantage dans ce pays de pouvoir dire, sans trop risquer de nous tromper, que c’est exactement ce que nous essayons de faire », a dit Stephen Smith. « Déjà, dans les premières études que nous avons réalisées pour la Feuille de route pour les rénovations au Canada, nous insistions sur la direction qu’il fallait prendre en matière énergétique.   

« Pour moi, il s’agit de décarboner le plus judicieusement possible, de manière à ce que cela se fasse le plus rapidement et au moindre coût possible », a-t-il ajouté.   

Stephen et Thomas ont parlé du défi de prioriser la décarbonation dans une société qui privilégie la lutte aux menaces actuelles plutôt que la planification visant à éviter les menaces futures – même lorsque ces menaces futures sont potentiellement catastrophiques. Le rôle du CBDCA, comme celui du gouvernement, est d’avoir une vision à long terme et de formuler des recommandations fondées sur des éléments probants qui peuvent aider le secteur de l’immobilier à prendre des décisions éclairées en matière d’investissement dans la décarbonation. 

Le CBDCA et ses membres ont un rôle important à jouer pour aider le Canada à atteindre ses cibles climatiques. Nous ne pouvons pas atteindre les cibles climatiques établies dans l’Accord de Paris sans décarboner le secteur du bâtiment. Le gouvernement a fait un pas en avant en adoptant des politiques et en mettant en en place de nombreux programmes pour faire avancer les choses, mais Thomas a demandé à Stephen quelle autre forme de soutien il souhaitait obtenir du gouvernement fédéral, au-delà des modifications réglementaires.  

« J’aimerais qu’il fasse preuve d’un leadership audacieux dans son propre portefeuille, qui est considérable », a répondu Smith. « Si le gouvernement agit, il contribue au développement de l’industrie du bâtiment durable et il renforce les capacités et les connaissances de ses intervenants. Sans compter qu’il aide aussi les fabricants de matériaux. »  

Smith a également souligné le besoin de formation et de renforcement des capacités, affirmant que « l’un des éléments que nous avons identifiés au CBDCA et qui est reconnu par les différents ordres de gouvernement, c’est que l’acquisition de nouvelles compétences et la création de nouveaux emplois ont une valeur pour la population en général – c’est une question à laquelle s’intéressent les gouvernements. Si nous demandons à l’industrie d’investir dans ces transitions qui profitent à l’ensemble de la population, il serait utile que le gouvernement facilite ces transitions d’une manière ou d’une autre, que ce soit par des investissements, des mesures fiscales incitatives ou d’autres mesures qui offriraient certains avantages à l’industrie. En tant que gestionnaire et propriétaire immobilier, je ne peux pas dire que l’ajout d’emplois n’aura pas d’incidences sur mes bénéfices. »  

Une vidéo de leur entretien est en ligne sur la chaîne YouTube du CBDCA, et elle porte sur divers sujets, parmi lesquels :  

  • le rôle des normes de tierce partie pour catalyser la transition vers le carbone zéro; 
  • la dynamique canadienne toute particulière des certifications plutôt que des réglementations; 
  • le rôle crucial des directives spécifiques à l’industrie pour la planification de la transition; 
  • les mécanismes que peuvent utiliser les divers gouvernements pour favoriser la transition vers le carbone zéro. 

Cliquez ici pour écouter la conversation entre Thomas et Stephen.  

Plus nouvelles

Alerte à la fraude

Nous avons découvert que le site web du Conseil du bâtiment durable du…
février 23, 2024

Dans l’attente de LEED v5 : compte rendu sur l’échéancier

L’année 2024 est une année cruciale pour l’élaboration de LEED v5 et le…
février 22, 2024

Projets certifiés – Janvier 2024

Félicitations aux projets suivants qui ont obtenu une certification en février 2023. Pour…
février 21, 2024

De nouvelles possibilités pour les locataires qui désirent obtenir une certification BCZ-Performance

Une nouvelle possibilité s’offre désormais aux locataires et aux propriétaires qui souhaitent obtenir…
février 7, 2024