Rencontre avec Grant Peters

Bénévole de l’expertise technique de 2020

Theme
Profils des Membres

Le Prix du bénévole en expertise technique est décerné à une personne qui a généreusement consacré beaucoup de temps et a partagé son expertise à titre consultatif pour faire progresser le programme LEED au Canada. Le lauréat de ce prix à la mémoire d’Edwin Lim, un expert technique dévoué, est considéré comme un expert du domaine; il est membre d’un ou de plusieurs comités bénévoles du CBDCa.

Grant Peters, le lauréat de cette année, correspond tout à fait à ce profil. Cet associé et gestionnaire des services du bâtiment durable chez Fluent Group Consulting Engineers a fourni de précieux conseils techniques pendant une décennie au Groupe consultatif technique (GCT) Sites et eau du CBDCa, notamment à titre de président pendant quatre ans et représentant du GCT au sein du Comité directeur de LEED Canada.

Grant figure également dans la liste des 25 personnes de partout dans le monde qui ont reçu le titre de Fellow LEED cette année – et il en est le seul Canadien. Les Fellows LEED sont mis en candidature par leurs pairs et doivent notamment avoir exercé un impact exceptionnel sur LEED pendant au moins 10 ans en plus d’être un PA LEED avec spécialité.

Nous nous sommes entretenus avec Grant pour en savoir davantage sur son parcours qui l’a mené à l’obtention de ce titre de Fellow LEED.

Parlez-nous de votre carrière et dites-nous comment vous en êtes arrivé au rôle que vous occupez actuellement.

J’ai eu la chance de passer toute ma carrière dans le secteur du bâtiment durable. En fait, ma carrière a commencé avant même que j’obtienne mon diplôme – j’ai fait plusieurs stages d’ingénierie chez Enermodal Engineering, qui était à l’époque la principale société de conseil et de modélisation énergétique LEED au Canada. J’ai pu apprendre auprès de certains des meilleurs professionnels de l’industrie à une époque où le système d’évaluation LEED et le bâtiment durable faisaient leur marque au Canada. À partir de là, la trajectoire a été assez simple : je me suis joint à Fluent Group en 2009 pour poursuivre mon travail dans ce domaine, je suis devenu associé et j’ai finalement pris la direction des services du bâtiment durable.

Avez-vous eu des mentors ou des modèles de rôle en début de carrière? Vous ont-ils apporté des enseignements qui vous ont aidé à progresser? Quels sont-ils?

Toute une question! J’ai eu, et j’ai encore d’ailleurs, plusieurs mentors et collègues distingués – dont plusieurs sont des Fellows LEED et des chefs de file de l’industrie. Au-delà de mes collègues de travail, j’ai toujours reçu un solide appui de mes collègues membres du GCT et du comité directeur, en particulier ceux qui m’ont aidé à devenir président : Steve Carpenter, Brenda Martens et Colleen Loader. Enfin, j’ai beaucoup de respect et de gratitude envers mon associé chez Fluent, Michael Pelton. Collectivement, mes mentors ont développé ma passion pour l’industrie et m’ont donné des occasions de m’épanouir. Les leçons les plus importantes que je tire de leurs enseignements sont peut-être celles du dévouement à la tâche et de la capacité à résoudre de manière créative des problèmes très techniques.

Comment en êtes-vous venu à vous impliquer auprès du CBDCa et de ses groupes consultatifs techniques? 

À mes débuts chez Enermodal, j’entendais souvent mes collègues de travail parler des discussions au sein des comités consultatifs techniques (GCT) et du comité directeur, mais ma première expérience marquante s’est déroulée pendant l’élaboration de LEED Canada 2009, lorsque nous avons travaillé avec le personnel du CBDCa et les bénévoles des GCT pour mettre au point le nouveau système d’évaluation. Après cette expérience, j’ai posé ma candidature comme membre du GCT Sites et Eau en 2010, et j’en ai fait partie pendant 10 ans, au cours desquels j’ai été vice-président, puis président pendant les quatre dernières années (2016-2019) de mon mandat. En tant que président du GCT, j’ai également siégé au comité directeur LEED, une expérience très différente, car elle était davantage axée sur les aspects marketing et industriels de LEED, plutôt que sur les aspects techniques.

Dans quelle mesure les groupes consultatifs techniques sont-ils importants pour veiller à ce que LEED réponde aux besoins du marché canadien? Quels seront les défis que ces groupes devront relever au cours des cinq prochaines années?   

Les GCT ont toujours exercé une grande influence (invisible) sur l’orientation de LEED et de l’industrie du bâtiment durable – leur apport est essentiel au maintien du marché et de l’élan pour les projets canadiens. Alors que nous voyons LEED se diversifier et entrer en concurrence avec d’autres systèmes d’évaluation, il sera très important que les GCT commencent à aborder d’autres marchés « périphériques ». Les questions de bien-être, de conception biophilique, d’équité sociale et d’autres questions d’actualité seront éventuellement intégrées à LEED et ce sont les GCT qui faciliteront cette transition.

On a récemment reconnu votre leadership technique dans le cadre des Prix du leadership et des Prix d’excellence en bâtiment durable du CBDCa. Que signifie cette reconnaissance pour vous?

Je suis très honoré d’avoir été reconnu sur la scène nationale. À la fin de mon mandat comme président du groupe consultatif technique – Site et eau, j’ai plaisanté en disant que je ne tarderais pas à revenir dans le groupe de bénévoles – je dois une grande partie de ma réussite dans ce domaine au CBDCa et aux différents postes de bénévoles que j’ai occupés au sein de divers comités. Je vois donc ce prix comme une étape dans un parcours beaucoup plus long.

Quel conseil donneriez-vous à d’autres professionnels qui envisagent de se joindre à un GCT?

Le bénévolat pour le CBDCa et particulièrement comme membre d’un GCT, c’est beaucoup de travail. C’est un engagement qu’il ne faut pas prendre à la légère. Cela dit, c’est très gratifiant à bien des égards. Les personnes que l’on rencontre, les discussions que l’on a et les connaissances que l’on tire d’une telle expérience peuvent réellement nous aider à mieux comprendre l’industrie. Et la cerise sur le gâteau, c’est la contribution que l’on apporte à nos pairs, à nos clients et à l’environnement. J’encourage tous ceux qui travaillent dans le milieu à trouver une opportunité de bénévolat au sein du CBDCa.