Demandez à l’éxpert : Paul Frith

Lauréat du prix leadership bénévole 2020

Theme
Profils des Membres

Le Prix du leadership en bénévolat au sein d’une section régionale est décerné à une personne méritante qui promeut activement et efficacement l’industrie du bâtiment durable par une implication importante dans la création ou le développement d’une section régionale du CBDCa. Cette personne participe et contribue à diverses initiatives à succès et est engagée dans diverses activités qui mettent l’accent sur la promotion et la réalisation de la mission du CBDCa dans sa région.

Le lauréat de 2020, Paul Frith, n’a ménagé aucun effort pour la section régionale du Grand Toronto du CBDCa. En plus de son travail de directeur de la sensibilisation et des ventes chez Geosource Energy, son travail de collecte de fonds et d’organisation en tant que coprésident du tournoi de golf Drive for Change de la section a été un facteur déterminant de la réussite de l’événement au cours des quatre dernières années. Ses efforts pour soutenir cette initiative et bien d’autres initiatives du CBDCa ont permis de renforcer et d’élargir le réseau de l’organisation dans la région du Grand Toronto.

Nous nous sommes entretenus avec Paul pour en savoir un peu plus sur ses efforts inlassables pour étendre la portée des pratiques et des principes du bâtiment durable :

Paul Frith
Prix du leadership
en bénévolat

Parlez-nous de votre carrière et dites-nous comment vous en être venu au rôle que vous exercez actuellement.

Je suis le directeur de la sensibilisation et des ventes chez Geosource Energy Inc. où j’ai comme fonction principale de développer les affaires et de faire mieux connaître notre industrie. Je porte également le titre de chargé des relations gouvernementales pour l’Ontario Geothermal Association. Au quotidien, je travaille généralement avec les intervenants du milieu de l’aménagement pour les aider à comprendre la technologie du chauffage et refroidissement géothermique et leur expliquer comment en tirer le meilleur parti dans leurs bâtiments. J’ai obtenu ce poste alors que je cherchais activement un nouvel emploi. Un de mes amis m’a présenté à Geosource. J’ai eu une première entrevue de trois heures et une semaine ou deux plus tard, je travaillais pour la firme. J’y suis maintenant depuis plus de six ans et demi.

Comment avez-vous commencé à vous impliquer auprès du CBDCa dans votre région et comment le travail que vous effectuez dans la section du GTA du CBDCa vous aide-t-il dans votre carrière?

J’ai commencé à travailler auprès de la section régionale du GTA après avoir été présenté à leur ancienne directrice générale, Hazel Farley. Elle m’a expliqué ce qu’était l’organisation et ce qu’elle tentait de faire et cela correspondait assez bien à mes objectifs. Mon implication au sein de la section régionale m’a aidé à établir mon réseau, ce qui est un grand avantage pour ma carrière. Je suis plutôt sociable et il n’a jamais été difficile pour moi de parler avec des personnes inconnues et d’apprendre à les connaître, mais d’avoir la chance de rencontrer les membres de la section qui sont des personnes d’un tel calibre, je peux dire que cela a vraiment aidé ma carrière de manière significative.

Parlez-nous un peu d’un projet régional du CBDCa dont vous êtes particulièrement fier et dont vous aimeriez souligner les résultats.

Le projet dont je suis le plus fier est le tournoi de golf Drive for Change. Il y a environ six ans, j’ai approché Hazel pour lui parler d’un tournoi de golf et faire valoir que c’était une grande façon de recueillir des fonds pour la section régionale. Il m’a fallu un peu de temps pour convaincre le conseil d’administration, mais je suis fier de dire que nous venons de tenir notre 5e tournoi annuel. C’est l’une des principales activités de collecte de fonds de la section et nous affichons presque toujours complet. J’ai la chance d’avoir l’aide de Robert Edwards pour le tournoi. Nous en sommes les coprésidents depuis le début.

Le CBDCa compte sur ses bénévoles pour atteindre sa mission de verdir tous les bâtiments. Comment voyez-vous votre rôle par rapport à cette mission, particulièrement votre rôle actuel?

Comme la technologie avec laquelle je travaille (chauffage et refroidissement géothermique) est considérée comme étant la meilleure technologie de réduction du carbone pour les systèmes de CVCA, je suis évidemment capable d’aider la section régionale dans ses mandats reliés au bâtiment durable. Lors de nombreuses activités de réseautage organisées par la section régionale, j’ai réussi à ajouter plusieurs décideurs à mon réseau qui, après m’avoir rencontré, ont commencé à déployer la technologie dans leurs nouveaux projets de construction. Je travaille également avec la section sur une base continue pour contribuer à l’aspect éducatif des choses. Nous lancerons très prochainement une occasion d’apprentissage sur la géothermie avec le CBDCa.

Le bénévolat requiert du temps. Que diriez-vous à une personne qui hésite à s’engager? Il y doit y avoir des avantages pour les deux parties – qu’avez-vous retiré de votre bénévolat?

Si vous désirez contribuer à l’avènement d’un monde meilleur pour tous, le CBDCa est l’une des organisations, si ce n’est la meilleure, auprès desquelles vous investir pour y parvenir. Si vous êtes un récent diplômé et que vous souhaitez faire la connaissance de personnes importantes et influentes dans le domaine, le CBDCa offre un excellent moyen de bâtir votre réseau. Si vous investissez un peu de temps comme bénévole pour le CBDCa, vous ferez votre part pour aider le monde et vous mènerez la bonne lutte au changement climatique. Si vous pouvez faire cela tout en créant votre réseau, il n’y a pas à hésiter bien longtemps à mon avis.

Vous avez récemment reçu le Prix du leadership pour le bénévolat dans le cadre de la remise des Prix du leadership et des Prix d’excellence en bâtiment durable du CBDCa. Que signifie cette reconnaissance pour vous?

Ce fut et c’est encore un honneur pour moi d’avoir remporté ce prix national. J’agis comme je le fais parce que je suis fermement convaincu que je fais une différence. Je ne le fais pas pour obtenir des prix ou des reconnaissances, mais le fait est que d’être reconnu pour ses efforts revêt une grande importance à mes yeux. J’ai toujours eu une motivation viscérale pour faire ce que je fais – ce prix me donne simplement envie d’aller encore plus loin.

Quel conseil donneriez-vous aux autres jeunes professionnels du bâtiment durable qui désirent développer ou poursuivre une carrière en bâtiment durable et en particulier dans la gestion de l’énergie et des émissions de GES?

On me pose souvent cette question, car je suis un mentor dans le programme de mentorat de la Sustainable Engineering Association de l’Université de Toronto. Le domaine dans lequel nous travaillons est l’un de ceux qui connaissent la croissance la plus rapide au monde. On peut mener une vie très saine tout en étant capable de faire une différence dans le monde et en développant en parallèle un vaste réseau. Je parle souvent des possibilités d’emploi qui vont se présenter dans le domaine de l’énergie renouvelable. Il y aura une pénurie d’ingénieurs, de modélisateurs de l’énergie, de gestionnaires de l’énergie et de spécialistes de la science du bâtiment, pour n’en nommer que quelques-uns. De plus, bien des postes seront créés dans l’industrie de la construction, comme résultat direct de la croissance de l’industrie du bâtiment durable. Pour vous donner une meilleure idée, l’entreprise pour laquelle je travaille est passée de 12 employés à plus de 70 sur une période de six ans et demi et nous ne prévoyons pas de ralentissement de sitôt.