Le CBDCA publie un bilan sur le carbone intrinsèque

Un guide qui aidera le secteur du bâtiment à saisir les opportunités de réductions de carbone opportunes et durables.

Aujourd’hui, le Conseil du bâtiment durable du Canada (CBDCA) – avec l’aide de Forestry Innovation Investment Ltd. – a publié un papier blanc axé sur les bâtiments et les matériaux sobres en carbone. Intitulé Le carbone intrinsèque : un bilan pour les bâtiments au Canada, ce rapport fournit au secteur du bâtiment des informations et une analyse du contexte pour mieux comprendre le carbone intrinsèque et l’aborder dans les bâtiments neufs et existants.

Incluant toutes les émissions associées aux matériaux et aux processus de construction pendant tout le cycle de vie d’un bâtiment, le carbone intrinsèque résultant de la construction des bâtiments est responsable de 10 pour cent de toutes les émissions reliées à l’énergie dans le monde. Dans le contexte d’un bâtiment canadien conçu pour de faibles émissions de carbone opérationnel, le carbone intrinsèque peut représenter plus de 90 pour cent des émissions totales jusqu’en 2050. De toute évidence, le carbone intrinsèque doit être pris en compte si le Canada veut atteindre ses objectifs en matière de changement climatique.

Pour le secteur du bâtiment, la majeure partie du carbone intrinsèque provient de l’extraction des matières premières et de la fabrication, du transport et de l’installation des matériaux utilisés dans la construction, produisant du carbone initial libéré dans l’atmosphère bien avant qu’un bâtiment ne soit opérationnel. Cela ne fait que renforcer la nécessité d’agir immédiatement pour réduire le carbone intrinsèque.

De plus en plus, les projets de construction effectuent des analyses du cycle de vie (ACV) pour quantifier le carbone intrinsèque, et le secteur du bâtiment du Canada est en train de passer de la quantification et de la déclaration de base du carbone intrinsèque à une étape où il faut démontrer les réductions. Les programmes de certification LEEDMC et Bâtiment à carbone zéro – DesignMC récompensent déjà les projets qui réduisent leur carbone intrinsèque, tout comme le fera la prochaine version (v4) de la Green Standard de Toronto. L’initiative Sobriété en carbone par l’analyse du cycle de vie (SCACV) du Conseil national de recherches Canada contribue à cette transition. Cette initiative a été lancée pour aider le gouvernement dans l’approvisionnement des projets d’infrastructures (y compris de bâtiments) sobres en carbone. À l’appui de cet objectif, la SCACV est en train d’élaborer :

  • des guides pour l’analyse du cycle de vie de l’ensemble d’un bâtiment;
  • des bases de données de grande qualité sur l’inventaire des cycles de vie des matériaux de construction canadiens;
  • une base de données canadienne sur l’inventaire des cycles de vie;
  • un soutien à l’intégration de l’ACV dans les processus d’approvisionnement.

« La décarbonation de l’environnement bâti du Canada nécessitera des mesures décisives à la fois sur le carbone opérationnel et sur le carbone intrinsèque» a déclaré Mark Hutchinson, vice-président des programmes de bâtiment durable au CBDCA. «Le carbone intrinsèque doit être traité avec la même urgence que le carbone opérationnel, et les propriétaires et les développeurs, les concepteurs et les constructeurs, et les gouvernements ont tous un rôle à jouer. »

Pour que la société soit à carbone zéro d’ici 2050, il faut décarboner tous les secteurs de l’économie. Les réductions du carbone intrinsèque s’inscrivent dans ce travail nécessaire. Le secteur du bâtiment peut tirer parti des innovations en produits forestiers, l’acier propre et le ciment à faible teneur en carbone pour aider à accélérer la décarbonation de l’environnement bâti. Malgré les défis liés au carbone intrinsèque, il y a de formidables occasions pour innover et de réduire les émissions de carbone en temps opportun.