1,5 million d’emplois en bâtiment durable d’ici 2030

Theme
Sensibilisation

La modélisation du CBDCa montre que le bâtiment durable et une reprise verte peuvent offrir au Canada une voie vers la reprise économique et l’atteinte de ses cibles climatiques pour 2030

Ottawa (Ontario), le 20 novembre 2020 – Aujourd’hui, le Conseil du bâtiment durable du Canada (CBDCa) a publié un nouveau rapport qui montre le potentiel d’une reprise verte centrée sur le bâtiment durable. La modélisation de l’action pour le climat réalisée dans le cadre de l’étude Le bâtiment durable comme élément moteur au Canada : Impact et opportunités du marché dans une décennie cruciale révèle que la contribution du secteur du bâtiment durable du Canada peut s’établir à 1,5 million d’emplois et à un produit intérieur brut (PIB) de 150 milliards $ d’ici 2030 tout en réduisant les émissions de gaz à effet de serre (GES) de 53 mégatonnes par rapport à leurs niveaux de 2018.

Le bâtiment durable comme élément moteur au Canada s’appuie sur le Rapport d’impact sur les marchés du bâtiment durable de 2016 pour évaluer l’influence actuelle de l’industrie du bâtiment durable du Canada et son impact sur les dix prochaines années. Ses conclusions sont fondées sur des données historiques et des tendances prospectives et sont synthétisées à l’échelle provinciale et territoriale.

Le rapport a constaté qu’en 2018, la dernière année pour laquelle nous disposons de données complètes, l’industrie du bâtiment durable avait ajouté 164 260 emplois, ce qui correspond à une augmentation de 55 pour cent par rapport à 2014. Au cours de la même période, les industries canadiennes de l’extraction pétrolière et gazière, de l’exploitation minière et de la foresterie ont stagné sur le plan de la croissance de l’emploi, se sont contractées de 2,8 pour cent et ont perdu 7 580 emplois.

« Ce rapport établit une vision définitive de l’industrie du bâtiment durable au Canada et de ses énormes avantages économiques, environnementaux et sociaux », a déclaré Thomas Mueller, président et chef de la direction du CBDCa. « Le nouveau rapport décrit dans le détail la croissance de l’industrie du bâtiment durable qui est devenue un secteur mature de l’économie canadienne et qui génère maintenant plus d’emplois que les industries de l’extraction pétrolière et gazière, de l’exploitation minière et de la foresterie mises ensemble. En extrapolant jusqu’en 2030, il montre comment un investissement important dans un plan de relance centré sur les bâtiments durables pourrait mener à la création de 1,5 million d’emplois et mettre le Canada en bonne position pour atteindre ses cibles en matière de changement climatique. »

Un certain nombre de tendances stimulent la croissance de l’industrie du bâtiment durable, y compris une importance accrue accordée aux bâtiments plus sains et plus résilients. Le rapport met également en évidence la nécessité d’une approche durable à l’extraction, à la fabrication, à l’utilisation et à l’élimination des matériaux des bâtiments et la nécessité de rénover les bâtiments à grande échelle pour accélérer la réduction des émissions de GES.

S’il est acquis que les emplois dans l’industrie du bâtiment durable vont au-delà des emplois dans la construction, les métiers spécialisés et la conception, la construction reste néanmoins la principale activité. Le rapport indique que les nouvelles constructions représentent 80 pour cent de toute l’activité en bâtiment durable, mais le défi climatique de plus en plus urgent obligera à rénover les bâtiments existants. Toutefois, jusqu’à maintenant, les rénovations écologiques ne génèrent qu’un emploi sur cinq dans la construction et les métiers spécialisés du bâtiment durable.

« Pour atteindre nos cibles climatiques, le Canada doit prendre des mesures à l’égard des nouveaux bâtiments, mais aussi du grand nombre de bâtiments et d’habitations inefficaces », a ajouté Thomas Mueller. « Entre 70 et 80 pour cent de ces bâtiments existants seront encore utilisés en 2050 et contribueront aux émissions nationales de GES. Si nous voulons décarboniser le pays d’ici 2050, nous devons prioriser les rénovations écologiques. Une politique publique audacieuse, un investissement du secteur privé, des normes de performance et des programmes de certification comme LEED, voilà des mesures qui soutiendront cette transformation urgente. »

Le CBDCa a collaboré avec The Delphi Group pour examiner l’industrie actuelle du bâtiment durable et comprendre comment les politiques climatiques existantes et annoncées, ainsi que des politiques et des priorités d’investissement potentielles non annoncées pourraient façonner l’industrie au cours des dix prochaines années. Aux fins de l’étude, trois scénarios ont été élaborés pour donner un aperçu du bâtiment durable en 2030. Il s’agit d’un scénario d’avant la COVID-19, basé sur les projections de croissance connues de l’économie et de l’industrie; d’un scénario de base qui tient compte de l’impact de la pandémie et de l’effondrement du prix du pétrole au Canada; et finalement, d’un scénario de l’action pour le climat qui présume un mouvement accéléré des provinces et du gouvernement fédéral dans le cadre d’un plan de relance verte pour atteindre les objectifs nationaux en matière d’émissions de GES.

Le scénario de l’action pour le climat permettrait également au Canada de réduire ses émissions de GES de 51 pour cent en 2030 par rapport à leur niveau de 2018, ce qui correspond à une diminution de 53 millions de tonnes de carbone. Sans cet effort concerté, ces réductions seraient plus de deux fois moindres.

Pour en savoir davantage sur le secteur du bâtiment durable au Canada et dans ses provinces et territoires et sur la manière dont ils pourraient tous bénéficier d’une réponse de relance climatique à la pandémie mondiale, lisez Le bâtiment durable comme élément moteur au Canada : Impact et opportunités du marché dans une décennie cruciale.