Un nouveau rapport d’impact sur le marché du CBDCa démontre que les bâtiments durables sont un moteur de la croissance économique au Canada

Le rapport révèle que l’industrie du bâtiment durable a embauché près de 300 000 travailleurs et généré 23,45 milliards de dollars en PIB pour la seule année de 2014

OTTAWA (Ontario), le 10 février 2016 – Un nouveau rapport du Conseil du bâtiment durable du Canada (CBDCa) et The Delphi Group, intitulé Le bâtiment durable au Canada : Évaluer les impacts et les opportunités sur les marchés, décrit les retombées économiques importantes de l’industrie du bâtiment durable au Canada au cours de la dernière décennie. Le rapport précise notamment qu’en 2014, cette industrie a généré 23,45 milliards de dollars en produit intérieur brut (PIB) et 297 890 emplois à temps plein. À des fins de comparaison, cela représente plus d’emplois que dans les industries de l’extraction pétrolière et gazière, de l’extraction minière et de la foresterie qui, mises ensemble, ont employé environ 270 450 travailleurs en 2014[1].

Le Canada est un chef de file mondial en bâtiment durable et on y compte le plus grand nombre de bâtiments LEED par habitant au monde. Le rapport établit qu’en incluant leurs contributions indirectes et induites, les projets certifiés LEED au Canada de 2005 à 2015 entraîneront une production brute de 128 milliards de dollars sur leur durée de vie et un PIB total de 62,3 milliards de dollars, en plus de créer 701 700 emplois.

« Ce rapport fait état de l’impressionnante transformation du marché qui s’opère actuellement à la grandeur du pays dans les industries du bâtiment durable et de la durabilité. En quantifiant l’importante valeur économique et la croissance du bâtiment durable et de la certification LEED au Canada, nous démontrons que le bâtiment durable n’est pas seulement bon pour l’environnement, mais qu’il est également bon pour l’économie », a déclaré Thomas Mueller, président et chef de la direction du Conseil du bâtiment durable du Canada. « Il est clair que l’économie actuelle du Canada bénéficierait d’un investissement accru dans le bâtiment durable et les infrastructures durables. Nous croyons qu’une stratégie nationale intersectorielle menée par l’industrie et soutenue par tous les ordres de gouvernement contribuerait à l’accélération de la transition des marchés menant à une économie qui profite de la réduction des émissions de gaz à effet de serre. »

Élaboré dans le but de soutenir l’accélération de la transformation des marchés vers des bâtiments et des collectivités durables, sains et à haute performance au Canada, ce rapport présente un aperçu de l’état actuel des activités dans l’industrie du bâtiment durable au Canada. Parrainé par l’Office de protection de la nature de Toronto et de la région (TRCA), il souligne de nombreux impacts et présente plusieurs conclusions, notamment :

  • L’Ontario et la Colombie-Britannique affichent les pourcentages les plus élevés d’emplois reliés au bâtiment durable par rapport à l’ensemble de leurs travailleurs, à savoir 2,1 et 1,6 pour cent respectivement, notamment parce que ces provinces ont exercé un plus grand leadership sur le marché et qu’elles ont renforcé les exigences de leurs codes du bâtiment et adopté des politiques du bâtiment durable.
  • Les entreprises actives dans le segment « construction et métiers spécialisés » représentent le plus grand pourcentage (55 pour cent) d’employés du bâtiment durable et du PIB au Canada, ce qui correspond à environ 164 445 emplois (environ 13 pour cent de la main-d’œuvre totale du Canada en construction) et 13,13 milliards de dollars de PIB.

Le rapport Le bâtiment durable au Canada présente également des suggestions pour accélérer la croissance de l’industrie et optimiser les opportunités économiques. La croissance dans ces domaines aura des incidences positives sur l’emploi et l’économie tout en présentant des avantages considérables pour l’environnement, la santé et la société.

  • Investir en recherche et en innovation. Au Canada, la construction se classe au dernier rang de toutes les industries pour ses dépenses en recherche et développement. Un plus grand soutien des gouvernements fédéral et provinciaux à la recherche et à l’innovation en bâtiment durable favoriserait le développement économique et l’essor des exportations.
  • Éliminer l’écart entre la performance du projet de conception et la performance réelle. L’analyse comparative, l’établissement de rapports et la divulgation des résultats, jumelés à une plus grande normalisation de la modélisation de la performance des bâtiments au Canada, auraient pour effet d’améliorer la performance réelle des bâtiments après l’occupation et d’accroître les avantages pour l’environnement et pour les entreprises.
  • Soutenir l’éducation et la formation continue dans l’industrie. Le bâtiment durable nécessite une expertise professionnelle et une main-d’œuvre mieux formée. Pour assurer la croissance de l’industrie, il sera essentiel d’investir en éducation et en formation et d’établir des cadres de politiques, de réglementations et de mesures incitatives pour soutenir le renforcement des compétences et l’apprentissage continu.
  • Élaborer des politiques de soutien et des mesures incitatives. Pour assurer la transformation à long terme du marché, il faut réduire l’écart entre les chefs de file qui ont déjà adopté le bâtiment durable et la majorité des intervenants de l’industrie qui ne l’ont pas encore fait. La clé pour y parvenir consiste à instaurer diverses mesures incitatives et options de financement, à adopter des politiques progressistes et à modifier les codes du bâtiment.

« Le Canada est à la veille d’une transition économique et l’industrie du bâtiment durable en sera une partie importante », a pour sa part déclaré Paul Shorthouse, coauteur du rapport et directeur régional au sein de Delphi Group. « Au fur et à mesure que le paysage politique amorce une transition et que les produits et services à faibles émissions de carbone deviennent la norme, le bâtiment durable offre d’immenses opportunités pour le Canada. Nous espérons que les conclusions du rapport stimuleront l’intérêt envers l’industrie et qu’elles favoriseront un plus grand soutien alors que nous cherchons à diversifier l’économie du Canada et à exploiter pleinement le talent et l’expertise que nous avons dans ce pays. »

Le rapport est fondé sur une vaste recherche de synthèse et une revue de la littérature; des entrevues réalisées auprès de 35 intervenants de l’industrie et une évaluation des impacts économiques qui quantifie le PIB, les emplois et les forces et capacités de l’industrie. Le rapport Le bâtiment durable au Canada compte une centaine de pages et il est disponible pour les membres du CBDCa sur le site Web de l’organisation. (Veuillez noter que le sommaire et le rapport complet ne sont actuellement disponibles qu’en anglais. La version française sera disponible d’ici quelques semaines. Si vous désirez être avisé directement de sa publication, veuillez communiquer avec nous.) Le sommaire est offert gratuitement au public. Pour de l’information sur l’adhésion au CBDCa, veuillez cliquer ici.

-30-

Personnes-ressources pour les médias

Les médias peuvent obtenir une copie du rapport sur demande. Pour toute demande d’information pour une entrevue, veuillez communiquer avec les personnes suivantes.

Renée Rietveld, gestionnaire, Communications et stratégie des contenus, CBDCa

media@cagbc.org 
613-288-8075
613-894-7772 (cell.)

Alex Carr, associé principal, The Delphi Group

acarr@delphi.ca
778-384-8711

Au sujet du Conseil du bâtiment durable du Canada

Le CBDCa (www.cagbc.org/cbdca) est le principal organisme national de l’industrie voué à la promotion des pratiques liées aux bâtiments durables et à l’aménagement de collectivités durables. Il travaille en étroite collaboration avec ses organisations membres qui œuvrent à la conception, à la construction et à l’exploitation de bâtiments et d’habitations dans un objectif de verdir tous les bâtiments. Le CBDCa réduit les impacts environnementaux du cadre bâti par ses activités d’éducation et de formation; de certification des bâtiments; de sensibilisation; et de partage de l’information. Le CBDCa détient la licence d’utilisation des systèmes d’évaluation des bâtiments durables LEED au Canada en plus d’appuyer la WELL Building Standard et GRESB (Green Real Estate Sustainability Benchmark) au Canada et de superviser la Coalition canadienne pour des écoles vertes. Le CBDCa est membre du Conseil mondial du bâtiment durable qui appuie les efforts internationaux visant à réduire les impacts environnementaux du cadre bâti.

Au sujet de LEED

LEED® (www.cagbc.org/leedcanada) est un programme de certification par une tierce partie et une référence internationale pour la conception, la construction et l’exploitation de bâtiments durables à haute performance. Il offre aux propriétaires et aux exploitants des bâtiments les outils dont ils ont besoin pour avoir un impact immédiat et mesurable sur la performance de leurs bâtiments. Les systèmes d’évaluation LEED encouragent et accélèrent l’adoption mondiale de pratiques de construction et d’aménagement durables par la création et la mise en œuvre d’outils et de critères de performance universellement compris et acceptés.

Au sujet de Delphi Group

En tant que pionnier en matière de durabilité, de stratégies environnementales et de solutions d’entreprise, le Delphi Group (www.delphi.ca) compte plus de 25 ans d’expérience auprès d’organisations dont certaines figurent parmi les plus connues au Canada. Il aide ses clients à améliorer leur durabilité – ainsi que celle des collectivités locales et mondiales au sein desquelles elles exercent leurs activités. Le Delphi Group apporte à chaque projet qu’il entreprend une combinaison unique d’expertise en politiques, de réflexion stratégique et de savoir-faire technique, ce qui lui a permis de travailler avec une grande diversité d’organisations, dont 32 figurent au palmarès des 100 plus grandes entreprises. Le Delphi Group compte également parmi ses clients des sociétés immobilières et des entreprises de construction avant-gardistes parmi les plus importantes au Canada.

Au sujet de l’Office de protection de la nature de Toronto et de la région (TRCA)

L’Office de protection de la nature de Toronto et de la région (TRCA) travaille avec ses partenaires afin de s’assurer que la Living City soit construite sur une base naturelle de rivières et de rives saines, d’espaces verts et de biodiversité, de collectivités durables et de projets d’infrastructures écologiques.


[1] Les estimations sur l’emploi dans les industries pétrolière, gazière et minière et la foresterie proviennent du Tableau 281-0024 – Enquête sur l’emploi, la rémunération et les heures de travail pour 2014 de Statistique Canada. L’estimation ne comprend pas les emplois dans les secteurs du traitement ou des produits connexes à valeur ajoutée.